Hell's Bells

FORUM PLUS DE 18 ANS
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Mar 26 Jan - 11:38

Arrow Longue nuit de luxure

Plus Zenon revenait dans son appartement, plus il se disait qu’il avait bien fait de l’acheter, ce petit coin de « paradis ». Après tout, il était installé au dernier étage d’un immeuble qui se trouvait sur Leicester Square, parce qu’au final Soho était un peu le centre névralgique de la ville. Jamais calme, jamais silencieux, il en avait tout simplement besoin, de ce bruit continue, de cette vie. L’appartement en soit n’était pas si grand que cela. Il n’avait pas besoin d’un espace impressionnant, vu qu’il était pour la plupart du temps dehors, mais il était bien assez grand pour montrer que monsieur avait les moyens d’y vivre, seul, qui plus est. Rien ne disait qu’il n’avait pas, dans un quartier beaucoup plus huppé, un autre petit pied à terre, mais des deux, c’était celui-ci qu’il préférait. Bien plus calme que l’autre.

C’était le salon qui pouvait faire penser que cet appartement était énorme en fait, avec une baie vitrée qui pouvait en faire pâlir plus d’un. On avait quasiment l’impression de dominer Londres avec une vue pareille ! Dans un coin de la pièce, une sorte de bar avait été construit ce qui permettait de faire la frontière avec la cuisine. Une chambre et une salle de bain se trouvait au bout du couloir. Tout était meublé simplement, pas de grand luxe, juste le nécessaire, dans chaque pièce. Pourquoi s’encombrer ? Voilà bien longtemps qu’il n’était plus matérialiste.

La nuit avait été courte, comme toujours. Elle passait toujours plus vite, peut-être bien parce qu’il avait plus à faire lorsque le soleil se couchait. Beaucoup de soirée, beaucoup de gens à voir, beaucoup d’errance dans les rues endormies de la Cité. C’était appréciable d’être un oiseau de nuit, de n’avoir presque plus besoin de dormir. Son corps le quémandait, il était humain après tout, mais c’était bien sa seule barrière, car son esprit était rarement fatigué, pour ne pas dire jamais. Et pourtant, De Lascelle lui en demandait, toujours, énormément. Il avait tant de chose à apprendre, à connaître ! Il ne pouvait se permettre une minute de répit, ou presque.

Voilà que ce matin, il s’obstinait à comprendre l’utilisation d’un ordinateur, sans y arriver, il manqua d’ailleurs de le balancer par la fenêtre, tellement cette machine l’insupportait. Et personne ne pensait vendre ce machin avec un guide d’utilisation !? Faut dire aussi, que quand c’était un « ami » qui venait l’installer, ça n’aidait en rien. Soupirant de ne pas réussir à faire ce qu’il voulait, il alla s’installer dans son fauteuil, attrapant le journal du jour, il le consulta, tranquillement.

Quelle belle invention, le journal, un des meilleurs moyens pour se tenir au courant de ce qu’il se passait dans la ville, le pays et le monde ! Le comte avait aussi prit une chose à la jeune âme avec qui il avait passé une nuit complète de passion il y a quelques temps de cela, une radio. Contrairement à l’ordinateur, au téléphone ou à la télévision, il appréciait réellement la chose. Musique, information, tout ce dont il avait besoin été diffusé sur les canaux et l’appareil en lui-même était d’une utilisation simple et parfaite. Que demander de plus ? Oui… savoir utiliser le reste. Il avait soif d’apprendre, de comprendre… peut-être devrait-il demander à Stephan… non à Amélia plutôt, elle comprendrait mieux son problème face à ce genre d’objet. Enfin, il fallait encore qu’elle soit prête à le faire… et vu qu’il n’avait pas eu de nouvelle.

Enfin, qu’importe pour l’instant, il était plongé dans son journal et un petit encadré avait, bien entendu, attiré son attention. Un meurtre, deux même, non élucidés, dans les rues de Whitechapel. La police cherchait encore et toujours des témoins. On parlait de lui, et de Clark. C’était assuré. Un petit sourire amusé barra son visage, c’était grisant, comme à l’époque.

Le papier fût plié et posé sur la table basse, la chemise déposée sur le dossier du fauteuil, se mettant ainsi torse nu, libre de ses mouvements comme il l’entendait. Le Comte se dirigea alors vers un des murs, attrapa une rapière qui s’y trouvait accrochée et commença quelques mouvements d’attaque. Petit exercice quotidien pour ne pas oublier complètement le maniement de l’arme. C’était peut-être désuet, mais l’escrime avait toujours été un art pour lui. Art qu’il ne souhaitait pas perdre. Attaque, parade piquée, clé, il se battait contre un ennemi imaginaire, ses gestes fluides, vifs et précis, montrait une expérience bien encrée du maniement de l’arme.

Concentré sur ses gestes, ses pas, l’âme sentit quelque chose. Une présence, assurément pas la bienvenue dans son espace privé, juste derrière lui. Aussi vif qu’un tigre, il s’était retourné et sans laisser le temps de comprendre à l’adversaire ce qui arrivait, sa lame s’était fichée juste sur la gorge. La lame n’avait rien coupée, elle menaçait tout simplement, le froid du métal collait à la peau du vis-à-vis. Zenon arqua un sourcil de surprise.


- Lucifer… siffla-t-il, assurément peu content de le voir chez lui. Mais à peine le nom prononcé, que la pointe de son épée touchait le sol, à quoi bon menacer le Cornu avec une arme aussi dérisoire face à ses pouvoirs? Comment pouvait-il le reconnaître, alors qu’il n’avait rien de ressemblant avec le Diable qu’il avait croisé en 1888 ? Tout simplement parce que quand on se trouvait en sa présence, on savait parfaitement qui il était. Encore plus quand on était un damné en cavale. Que me vaut le déplaisir de cette visite ? On ne pouvait décidément pas lui demander d’être heureux d’avoir le Prince des Ténèbres dans son antre… même avec des formes pareilles !


Dernière édition par Zenon De Lascelle le Ven 1 Avr - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Mer 27 Jan - 23:59

Toi qui sait

Lucifer pouvait oublier certaines âmes. Il pouvait même en laisser quelques une en paix. Et puis d’autre, c’était tout l’inverse. Il pouvait se

rappeler à eux comme bon lui semble, leurs passants son bon souvenir d’une manière ou d’une autre. Et il était temps, pour certaines âmes de se voir rappeler à lui. Lucifer n’en avait cependant qu’une en tête, une qu’il observait avec minutie, veillant sur lui comme le lait sur le feu et il désirait plus que tout à ce jour, lui rappelait son bon souvenir.
Alors il l’attendit dans les ombres, dans sa demeure même, sans
convenir un seul instant que la bienséance n’accordait pas de telle chose, mais entre être maléfique, la bienséance était presque une broutille non ?
Lucifer attendit patiemment, même lorsque l’âme se tint dans son propre
salon, journal en main et fait divers à la clé. Il se réjouissait de ses propres crimes avec la donzelle Clark que le diable un instant jugea comme digne de retourner entre ses griffes. Il s’occuperait d’elle plus tard, un peu plus tard, pour le moment c’était Zenon l’important et Lucifer avait une proposition à lui faire qu’il ne pourrait…pardon, qu’il ne devrait pas refuser.

Le diable resta à l’observer un long moment, dehors un éclair zébra au
lointain, la pluie arrivée comme ses foutus anges ! Mon Dieu qu’il n’avait
pas envie de revoir ses anciens frères. Ils allaient tenter encore une fois de lui faire la morale, encore une fois ils allaient essayer de lui expliquer qu’il était un vilain garçon, un très très vilain garçon et qu’il devait retrouver la lumière.
Mais la lumière, c’était une chose qui ne pouvait plus revenir en lui,
vu le tas de crasse qui l’avait étouffé et qui ne faisait que grandir chaque jours un peu plus. Alors ils iraient se faire foutre, s’ils savaient au moins ce que c’était.
Alors il revint à son occupation première.


Il se tenait torse nu, à jouer à la rapière, héritage de ses siècles passés.
Il exécutait quelques entrainements dont le diable se désintéressa totalement. C’était ennuyeux, parce qu’il n’y avait pas de personne en fasse, qui aurait pu se pendre la lame dans le torse, alors le diable estima qu’il était temps.
Doucement les ombres s’éloignèrent de lui, respectueuse bien que
inerte, elles se détachèrent de son corps et Lucifer devina immédiatement la réaction de Zenon avant même que celui-ci ne l’est pensée. Il le laissa faire, sourire aux lèvres et le dévisagea alors qu’il retournait la lame contre le diable. Sur sa gorge la lame glacée l’excita, oh cette sensation de mort qu’il aimait tant le rassurait étrangement.
L’âme prononça son nom puis abaissa l’âme. Dommage, cela aurait pu être
plus marrant que cela. Il lui demanda pourquoi il était ici, et le diable sourit.

Zenon l’avait connu sous d’autres formes et celle qu’il avait aujourd’hui

choisit ne changeait que son apparence. Leur relation restait les mêmes. Dans un sourire qui rendit la rousse plus incendiaire que jamais il souffla.

-Bonsoir Zenon.


Il se rapprocha doucement de l’âme,
lui ôtant l’arme des mains et le fixa dans les yeux. Étrangement depuis qu’il avait choisis cette apparence le diable maîtrisait beaucoup mieux les allures féminines, c’était même beaucoup plus jouissif que d’être un homme. Peut être parce que les femmes incarnaient beaucoup plus de péché.

-Tu es toujours aussi vilain à ce que je sais ! Le diable en
sourit. Mais tu suis le mouvement. Il examina l’arme, sans rien dire. Il restait silencieux, jouant avec puis la balança nonchalamment sur le sofa. En même temps, quand le mal vous a corrompu, on ne change pas comme un conte de fée. Le diable s’apprêtait à avoir une véritable conversation avec Zenon, et pour le moment c’était fort bien partit. Il le regarda de nouveau. J’ai une proposition à te faire, une proposition que tu ne seras pas en mesure de refuser. Car je pourrais te menacer…avec…facilité.

Le démon ricana doucement puis alla s’asseoir sur le sofa à coté de l’épée. Il s’installa à son coté puis croisa les jambes. Dans son tailleur noir il se sentait à l’aise. Ce tailleur serré qui exposait ses formes. Il posa ses bras sur le dossier du sofa et fixa encore l’âme.

-par quoi vais-je commencer ? Ma proposition ? Ou un petit
discours pour nous remettre en bon entente ?

_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."



Dernière édition par Lucifer le Mar 23 Aoû - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Jeu 28 Jan - 11:24

Un frisson glacial le parcourait sans discontinuer depuis qu'il avait le Diable face à lui, il n'aimait pas sa présence, elle ne lui faisait aucun bien, au lieu de l'apaiser, il avait l'impression d'être tourmenté continuellement, alors que le démon ne faisait absolument rien. Il parlait et semblait vouloir faire la conversation... un peu comme toujours en fait. Mais cette fois-ci, le damné était un peu plus attentif, il n'était pas en plein travail.

Son prénom dans la bouche de Lucifer... désagréable. Il n'apprécia pas plus le voir s'approcher de sa personne. A quoi pensait cette créature? Son regard était flamboyant, il n'avait pas changé d'un iota depuis la dernière fois qu'ils s'étaient rencontrés. Quelque chose de plus féminin certes, mais ça n'empêchait pas l'âme de ne voir que celui qui l'avait enfermé en Enfer. Il serait bien difficile pour le démon de rendre les sentiments du lord un peu plus chaleureux à son égard.

Pourtant, il le laissa faire, il lui laissa lui prendre son arme des mains. Le damné ne voulait pas d'un affrontement physique, il savait parfaitement qu'il n'avait aucune chance. Non, il tenterait plutôt la discussion, c'était ce qu'ils avaient de mieux à faire tous les deux. Le comte se décala bien vite, mettant une distance respectable entre eux, le laissant admirer la lame, tandis que lui, se dirigeait vers son fauteuil, pour attraper d'une main sa chemise et se la passer lestement. Il n'aimait pas réellement se retrouver aussi peu vêtu face à lui.

Un petit froncement de sourcil accompagna les remarques du grand patron des Enfers. Il était venu pour lui taper sur les doigts ? Lui faire la morale ? L’assassin n’avait tué que peu de fois depuis son retour des Enfers… une fois pour être précis, une seule femme. C’était un exploit !

L'homme fermait les boutons un à un, sans quitter son invité du regard, il préférait toujours avoir un œil sur lui, pour voir où il se trouvait, il ne souhaitait pas se faire surprendre. Surtout que son épée se trouvait entre ses mains. Il ne manquerait plus qu’il l’utilise contre lui, pour le fun, comme quand il lui avait fait sauter un os du bras… le noble avait la rancune tenace, surtout contre un être pareil. Il était donc méfiant, on n’était jamais trop prudent.


- Oh et vous êtes venus me punir pour cela? Cynique à souhait, dans d'autres circonstances, de telles remarques pouvaient lancer un petit jeu des plus intéressants, mais ce n'était franchement pas ce à quoi il pensait à l'instant. Le cornu ne semblait pourtant pas si irrité que cela par son comportement, contrairement à leur dernière rencontre. Parfait, que lui voulait-il alors?

Oui, c'était bien évident qu'on ne changeait pas les mauvaises habitudes en un claquement de doigt et comme De Lascelle l'avait déjà dit à Clark, il ne souhaitait pas changer, il se suffisait ainsi. Alors qu'il fermait l'une de ses manches, il s'arrêta dans son mouvement aux dernières paroles prononcées... IL avait une proposition à lui faire?? Sans manquer de le menacer... bien évidement, ça ne serait pas le maître du mal sinon.


- Bien sûr, vous ne savez pas faire grand chose d'autre que de menacer pour convaincre, de toutes les façons. Comment ça, il le cherchait? A peine. Il le savait pourtant, qu’il jouait avec le feu ! Mais le Diable s'en amuserait, n'est-ce pas?

Il fit comme chez lui, l'hôte le laissa faire, terminant d'accrocher sa chemise. L'observant s'installer à son aise sur son canapé, s'il n'avait pas été le Prince des Ténèbres, peut-être que notre ami se serait intéressé un peu plus à sa personne. Provocante à souhait, on ne pouvait pas en demander moins au maître incontesté de la luxure. Zenon croisa les bras, restant debout face à lui, intrigué quand même par cette idée de proposition. Qu'allait lui exposer Lucifer de si important, pour faire lui-même le déplacement?

- Parce que nous avons été en bon terme un jour? Grogna-t-il avant de prendre une grande inspiration pour se calmer un minimum, ce n'était pas le moment de mettre le patron en rogne. Se frottant doucement les yeux avec le pouce et l'index, il lâcha sur le ton de la conversation. Mais je vous écoute, commencez par ce que vous voulez, je n'ai pas vraiment le choix, il me semble. Réaliste, c'était un fait, alors qu'il se décide à faire comme bon lui semblait.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Jeu 28 Jan - 22:14

Zenon se sentait si mal à l’aise en sa présence que le diable pouvait sentir ce mal être le frôler délicatement. C’était une sensation qu’il adorait, comme une aura qui venait caressait sa peau diaphane et il aurait pu en frémir de plaisir. Les humains ou les anciens humains avaient toujours cette réaction même lorsqu’il ne faisait que leur sourire. Il y avait quelques exceptions heureusement, mais sinon il n’était qu’un monstre de conte de fée pour eux.
Mais il était temps d’écouter pour lui et il sembla que l’âme y consentait.
Il remit sa chemise, comme si le Diable pouvait trouver un quelconque intérêt à le voir ainsi torse nu, mais il le laissa faire, bien que cela l’aurait amusé un peu de l’ennuyer. Hors ce n’était pas le moment, pas du tout. Il n’était pas là pour cela.

Lorsque Zenon fut cynique, il se contenta d’en sourire et ne pas répondre. Il l’écouta, jugeant bien évidemment que l’âme le haïssait. C’était une réaction de damné, quelque chose de si stupide et de si habituelle, mais le diable se tut et le laissa faire. Il sourit une nouvelle fois, son regard s’illuminant d’une lueur pétillante d’amusant lorsque Zenon le provoqua. Menacer pour convaincre. S’il savait…
En des temps immémoriaux l’homme n’avait besoin de rien pour être convaincu, une miche de pain et il se détournait de toutes croyances, à l’heure actuelle où certains avaient presque tout, il devait ruser ou s’imposer et lorsqu’il n’avait pas le temps pour ruser, il choisissait l’autre solution. Mais il ne répondit pas encore.

Zenon le regardait, tandis qu’assis sur le canapé, il l’observait lui aussi. Lorsqu’il eut cette petite phrase délicieusement réaliste, le démon soupira. Il observa par la fenêtre le ciel qui se couvrait de nuage et sur son visage naquit ce petit air affreusement mutin que lui procurait ce corps. Il revint vers l’âme et ses yeux prirent cette lueur terrifiante, celle qui fourmillait chez tous les êtres corrompus.

-Je suis le Diable, tu le sais, pourtant j’étais un ange avant et je n’aurais jamais souhaité voir le mal apparaître un jour. J’étais le confident de Dieu, son favoris, et la lumière était magnifique. Hors quand ton espèce est apparut, il est né en moi une certaine…jalousie.

La voix du cornu était suave, sans aucune rancune, simplement elle racontait. Et c’était plaisant à entendre, car ses mots semblaient venir de l’antiquité, étrangement rassurant. Ce n’était pas une menace, simplement un discours, une histoire que l’on aurait pu raconter au coin du feu.
Le diable se redressa et se rapprocha de la fenêtre, ses talons faisant désormais échos au léger silence qui était arrivé.

-Dieu vous aimait, il était fier de vous et des erreurs que vous pouviez faire. Comme c’était étrange…nous qui étions parfait, nous aurions dut être les préférés. Mais c’était vous désormais, vous qu’il aimait, préférait, observait avec un sourire aux lèvres. Et moi, je devenais plus sombre et je pleurais souvent. On murmura à mon égard que Lucifer perdait de sa lumière, que le plus beau des anges devenait étrange.

Dans ses mots, se ressentaient un souvenir, un souvenir puissant qui rendit un instant à Lucifer ses lauriers passés. Mais quand il se détourna doucement des cieux, qu’il se rapprocha doucement du canapé, sa voix fut un peu plus froide.

-Dieu ne me laissa pas pleurer longtemps. De tout son amour, il se sentit coupable de ne rien me dire, alors…il se pencha à mon oreille et murmura….

Comme un écho lointain subitement Lucifer usa de ses pouvoirs pour ne pas répéter les mots du seigneur, mais pour qu’ils fassent échos à l’esprit de Zenon. Il ne pouvait plus les dires entre ses lèvres maudites, par respect et parce qu’il ne supportait plus ses paroles. Car même s’il était le diable, il se souvenait de tout cela avec amour. Un amour malsain certes, mais un amour quand même.
Alors résonna les mots à l’esprit de l’âme. Les paroles du seigneur qui avait été murmuré au « Porteur de Lumière ».

« Il va falloir que tu dépasses ce que tu es Lucifer. Que tu t’assombrisses pour qu’une autre lumière guide les hommes. C’est un grand dessein et tu en fais partie car tu dois devenir mon égal, mon exact opposé... »

Ses quelques mots suffisaient, le diable ne pouvait en dire plus car le destin des hommes ne concernaient pas l’âme. Il claqua des doigts, faisant revenir à sa voix l’âme et passant par-dessus le dossier du canapé, il se laissa retomber dessus. Il s’y allongea, la rapière en main, les jambes croisées.
Sa voix redevint celle craintes des démons et des âmes et il parla avec indifférence.

-Alors je suis devenue le diable, parce que Dieu avait besoin de moi. C’est lui qui a crée le mal, en vous créant. C’est lui qui a voulus que je sois ce que je suis et bien sûr j’ai accepté. Il soupira. Enfin la suite tu la connais. Il y a les bons et les méchants. Ceux qui vont au ciel et ceux...qui vont en enfer. Il le fixa à ce mot avec force. Il ne détourna pas son regard et plongea dans celui de l’âme. Il lui parla avec le plus de franchise possible. Tu me hais n’est ce pas Zenon ? Pourtant tu as choisis ta vie, tu as choisis de faire le mal de ton vivant et ce n’est que mon travail de te punir aux enfers. Tu hais les démons, tu nous accuses de t’avoir enfermé, mais c’est le lot d’un humain qui a consciemment choisis de faire libre part à ses ténèbres. Pourquoi m’en vouloir à moi alors que tu es le seul responsable de ta vie après la mort ! Répond moi sincèrement Zenon car je me suis toujours posé la question. Dieu vous as laissé le libre arbitre, après tout c’est toi qui as fait ses choix ?

Il laissa l’âme à sa réponse, mais avant toutes choses, il clôtura ses mots par…

- je vais te faire une proposition que tu ne pourras pas refuser….

Ses derniers mots furent presque terrifiants, car c’était l’heure du pacte, un pacte qui pouvait être plus que bénéfique à Zenon, un pacte qui pouvait tout simplement changer sa liberté….


_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Ven 29 Jan - 0:16

Le Diable décida de ne pas répondre à ses différentes provocations, non à ce que Zenon pouvait voir, il s'en amusait. Cet être était insupportable, oui il le haïssait et profondément en plus de cela. Une haine bien encrée dans son être depuis bientôt 500 ans. Mais ce n'était rien en comparaison de ce qu'il pouvait ressentir pour l'adversaire du cornu, c'était même bien pire. Tout ça le rongeait de l'intérieur, c'était de lot des damnés, il tentait de se rappeler parfois, comment c'était avant tout cela, quand il était encore un humain, pour qui toutes ces considérations n'étaient que des contes pour enfants. Son regard lui donna froid dans le dos, mais il resta le plus naturel possible, ne bougeant pas d'un pouce, pourtant, on pouvait sentir que tous son être était prêt à parer à la moindre attaque qui pourrait survenir, il était comme monter sur ressort. Que Lucifer fasse un geste de travers et l'âme se défendrait, comme un diable!

Il avait donc choisit le discours, pourquoi faire? Rallié De Lascelle à sa cause? Qu'il le prenne en pitié? Honnêtement, le damné se foutait parfaitement de l'histoire du patron. Il pouvait avoir vécu milles et un tourments, il ne le verrait pas autrement que comme l'un de ses plus grands bourreaux. L'hôte laissait son invité improviser se balader dans le salon, sans pour autant ciller, il ne bougeait pas. Comme une statue, seule sa tête suivait les mouvements du démon. Il savait que le cornu avait été un jour un ange, ce qui n'aidait en rien sa cause, l'homme n'aimant pas plus les êtres de lumière. Jalousie, oui ce n'était pas nouveau, ça ne l'étonnait guère, quand on était aussi orgueilleux que l'étoile du matin, on ne pouvait pas s'étonner d'apprendre qu'il n'avait pas en grande estime des moins que rien qui attiraient toute l'attention de son Père.

L'âme n'apprécia pas d'entendre les paroles de Dieu, d'entendre sa voix, il secoua fortement la tête pour la faire disparaître, pour qu'il se taise. Sa mâchoire se contracta légèrement, sa haine venait de prendre un degré. Pas contre Lucifer, contre le Seigneur, cet enfoiré qui osait parler d'amour et de pardon, alors que la moitié de l'humanité se retrouvait entre les mains du seigneur des Ténèbres, par SA faute à lui, personne d'autre n'était à blâmer pour ce fait. Celui qui se trouvait face à lui était un pion, un jouet, comme tous les autres. Mais il avait accepté de l'être, alors pour cela, il était coupable. Eux n'avaient rien demandé, jamais. On ne choisissait pas de venir au monde, ces êtres étaient cruels et sans merci... Dieu qu'il les maudissait tout deux. Il avait envie de lui sauter dessus, de l'étrangler, de le tuer, tout en sachant que c'était tout bonnement impossible et la frustration qu'engendrait se genre de pensées le rendait encore plus noir.

Oui bien sûr, tout était de sa faute, c'était facile comme raisonnement. Ils savaient se décharger de tout ce qui ne plaisait pas. Le libre arbitre... De Lascelle ne se souvenait pas d'avoir été si dangereux lors de son vivant, il n'avait jamais tué personne, jamais voler... il était comme tous les autres de son rang. Oui son caractère avait fait de lui quelqu'un de manipulateur, mais il en fallait si peu pour être condamné? Ce Dieu ne savait-il donc pas pardonner?! Est-ce que lui devait lui pardonner? Alors qu'il avait enfin trouvé le bonheur, en SON nom, on avait tué l'amour de sa vie! Qu'aurait-il du faire? L'accepter avec le sourire peut-être?!


- Dois-je pleurer pour tous vos malheurs? Qu'attendez-vous de moi? Que je vous plaigne? Vous me dégoutez toujours autant, vous n'avez pas d'excuse, oh oui je vous hais, comme vous haïssez votre Père... La belle affaire ce libre arbitre, ça lui permet de s'en laver les mains! Votre Dieu est un enfant! Un sale gamin qui joue avec nous comme on joue à la poupée et qui n'en a que faire de ce que ses décisions peuvent avoir comme conséquences. Un rigolo qui aurait mieux fait de se perdre dans un monde parallèle, le jour où il pensa à jouer avec la vie. Mais vous n'êtes pas mieux, vous ne serez jamais son égal, vous n'êtes qu'un démon de plus à sa botte... son plus fidèle larbin... étouffez-vous avec votre proposition... je me garde le droit de la refuser.

Son regard était planté dans le sien, il ne sentait plus ce frisson glacial, il n'avait pas peur de lui à l'instant, sa colère lui permettait d'oser être ainsi face à lui. Il avait parlé d’une voix glaciale, emplie d’une rage sans pareille. L'homme ne faisait au final, aucune distinction entre le représentant du Bien et celui du Mal, ils avaient tout deux de quoi se faire haïr. Car à ses yeux, le Diable en passant en sous-sol, aurait pu désobéir, se faire apprécier par ceux qui le servait au lieu de les torturer... s'il devait être le contraire de Dieu, pourquoi se mettait-il à dos tout ceux qui arrivait dans son antre? Ca le dépassait complètement, il en était bien conscient... ça n'aidait en rien le travail de Lucifer à l'instant, c'était évident.

Bien sûr qu’il avait fait ses choix, il ne le niait pas, le fait de ne pas en parler était une belle preuve, mais le Diable devait connaître un minimum sa vie, certains actes regrettables l’avaient fait devenir ainsi, l’avaient poussés entre ses griffes… sur qui devait-on mettre la faute de ces événements ? Au destin ? C’était encore une fois, une belle façon de se dédouaner de tout.

Le Comte ne souhaitait qu’une chose au finale, qu’on le laisse en paix. Les problèmes des anges et des démons ne l’intéressaient pas, le conflit lui passait totalement au-dessus de la tête. Il s’en moquait, ce n’était pas son problème.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Sam 30 Jan - 0:47

C’était étrange. Etrange comme les humains pouvaient se ronger eux même pour leurs supérieurs. Etranges comme certains pouvaient ne jamais accepter que quelque chose soit au dessus d’eux. Il l’avait toujours dit à Dieu…

« Le jour où tu les as crée tu aurais mieux fait de te casser la jambe. »

C’était des êtres sans reconnaissance, ils se haïssaient entre eux et se tuer. Caen et Abel avaient montré les premières erreurs de ses êtres, les suivants n’avaient fait que renforcer le dégout du diable à leurs égards. Et Zenon lui rappelait au combien il pensait avoir raison.
Que ce soit l’enfant innocent à l’hérétique, en passant par le moine fou de passion pour son seigneur, le Diable n’avait jamais aimé aucun d’eux. Sauf peut être la mère de Ange. Il se surprit à cette pensée. La femme l’avait tant intrigué, tant surpris qu’il avait donné encore ses chances à la race humaine. Il avait été agréablement étonné que l’un deux puisse le prendre au dépourvus avec une phrase, un sourire…tout ce que Zenon n’avait pas au final.

Le diable sentait le froid qu’il inspirait à l’âme et sa lutte pour rester impassible. Mais il ne pouvait véritablement rien lui cacher et Lucifer profitait de cet entretient, devinant déjà qu’elle serait sa réaction. Il écoutait avant toutes choses ce qu’il pensait, c’était indiscret mais le Diable n’en avait que faire. Il laissa l’âme faire ce qu’il y avait à dire, sans bouger.
Mais au final, lorsqu’il parla, le diable ne l’écouta même pas, il l’observa un sourire aux lèvres, l’esprit à se souvenir de la propre vie de Zenon. Les hommes érigeaient les règles de qui allé en enfers et qui n’y allait pas. A son époque il avait massacré les morts, volé leurs cadavres, étudié leurs…anatomies. Amusante plaisanterie que de le voir s’énerver tout autant. Pourtant c’était une règle de morale, même à ce jours, un homme doit voir son corps librement retourner à la terre dont il est sortit sauf s’il a consentit lui-même de son vivant au contraire. C’était le choix des hommes et de ce fait Dieu et Diable ne faisaient que confirmer leurs choix.

Mais apparemment c’était de leurs fautes. Aucune possibilité d’avoir véritablement une conversation théologique avec lui. Quand on ne connait pas les secrets même de Dieu, on ne peut que lui en vouloir à lui et au Diable d’être ce qu’ils sont. Et bien que Lucifer n’aime pas les hommes, il leur reconnaissait bien volontiers qu’il n’était que le vilain de l’histoire qui aurait pu faire autrement.
Le destin n’avait rien à voir avec ce qui se passait aujourd’hui car sa toile n’était qu’un tissage incertain qui se nouait au fur et à mesure que les hommes, les démons ou les anges faisaient leurs actes. Le monde pouvait mourir demain si son fils crochetait comme il le fallait son canevas. Cependant avant toutes choses, le diable continua à le regarder, sans broncher et puis il sourit.

Il se redressa et se rapprocha lentement de Zenon. Il n’allait pas lui faire de mal, du moins pas trop. Il allait user d’un charme et d’un péché qui effrayait même les anges.
Son corps s’avança, silencieusement, le diable le fixait, ce petit sourire aux coins des lèvres, quelques choses d’effroyablement attirant. Il vint à frôler son corps et posant une main sur son torse, il fit doucement reculer Zenon vers l’un des canapés. Il murmura ses mots entre temps.

-Je ne viendrais pas te déranger si cela était si simple. Hors le Destin est maître de lui-même et c’est lui qui se tisse au grès des actions, que ce soit les miennes ou celle d’un enfant, d’un ange ou des tiennes.

Lorsque le canapé fut assez près, d’une petite pointe il poussa tendrement Zenon, le faisant retomber dessus. Alors le diable se positionna devant lui et l’observa de toute sa hauteur comme le font ses femmes fatales dont le but est à atteindre.

-Même Dieu doit faire attention à ce qu’il fait. Et si nos projets se voient défait, que la laine s’effiloche, nous devons faire comme tous le monde. Provoquer des actions qui les retissent correctement.

Le diable souriait, enjôleur, une femme dans toute sa splendeur. Il adorait tant être une femme, il ne pensait plus jamais s’apparenter à un homme.
Avec amusement, il se mit à califourchon sur l’âme, enjambant son corps, sa jupe remontant jusqu’à mi cuisse, dévoilant ou presque la naissance de celle-ci. Ses hanches devinrent captivantes et lentement il posa les mains de l’âme dessus.

-personnellement si j’avais pu, je me serais moins emmerder et serait resté maître de ce foutu destin. Mais Dieu est parfois un peu con et toujours dans le souci de vous laisser faire, il a rendu le destin hors de notre portée. Nous ne pouvons pas le changer, nous ne pouvons pas le reprendre en main. Nous sommes contraint de jouer….Lucifer se pencha doucement à son oreille, susurrant d’une voix suave. Et Zenon nous allons jouer.

Il éclata de rire, un rire qui aurait pu rendre fou un amant tant il était complice. Le diable le fixa alors dans les yeux et déboutonna lentement la chemise de l’âme.

-J’ai besoin d’un complice, d’une âme à mon service. Il murmurait ses mots, frôlant l’indécence, éveillant lentement les sens de l’âme, les sens primaire du désir et de l’envie. La torture de la luxure était la plus horrible que puisse jouer le diable, car personne ne pouvait s’en défaire. Je te laisserais sur terre si tu œuvres comme il faut. Il finit par arracher le tissus, dévoilant le torse de l’homme, car c’était bien un homme avant tout. Je te laisserais libre, sans besoin de me rendre des comptes, mais il faudra être sage, ne pas trop tuer ou alors en me ramenant des âmes. Il descendit ses lèvres dans son cou, embrassant sa naissance, frôlant avec amusement la chair. Mais si tu ne veux pas, rappel toi qu’il y a des chaines en enfer qui sont faite pour attacher les anges, les contraindre à vivre dans le néant avec pour seul pensé tous leurs regrets. Sa voix était horrible, brulante, languissante. Et même de là, tu ne pourras pas t’échapper car c’est ce qui attend mon fils et dis toi que c’est la pire chose qui puisse t’arriver.

Le diable se redressa et le fixa. Langoureux, il défit le haut de son tailleur, laissant apparaitre la dentelle noir de ses sous vêtement et le galbe naissant d’une poitrine diaphane.


_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Sam 30 Jan - 12:00

Vu le discours qu'il avait tenu, le damné pensait avoir pu vexer ou énerver un peu le Diable. Après tout, ce démon n'était pas armé d'une patience extrême. Pourtant, il le voyait sourire... ce qui n'annonçait pas réellement que du bon. Après tout, il pouvait avoir l'air calme en apparence et bouillonner de colère à l'intérieur, de quoi faire exploser Zenon sur place ou pire... c'était évident que l'homme cherchait une réaction, il ne pouvait pas s'empêcher de faire face au danger et de le chercher. Ca pouvait paraître totalement inconscient de sa part de faire une chose pareille, mais peut-être que l'âme avait envie de voir jusqu'où irait la patience de son vis-à-vis. Ou de voir ce qu'il comptait faire de lui, voir s'il était si important que cela, pour l'instant, aux yeux de Lucifer, pour qu'il l'épargne, malgré son peu de bonne conduite face à lui. N'oublions pas que notre Comte avait en tête un souvenir de leur dernière rencontre, il lui avait paru bien rapidement agacé par sa personne, beaucoup plus qu'à l'instant. C'est que le jeu en valait la chandelle pour le Cornu, Zenon se devrait donc de voir à l'écouter, sérieusement.

Il l'observa se lever, s'approcher de lui, trop près de lui, le contact de sa main sur son torse le brûla quelque peu, il serra les dents, n'opposant pourtant aucune résistance, quelque chose dans son sourire, son regard ou sa démarche, le laissait... perplexe, on dira. Le damné écoutait le maître des enfers lui parler, silencieux, ne buvant pas ses paroles, mais attendant de le voir arriver au point intéressant de la conversation. Les prémices du pacte, voilà ce qu'il attendait d'entendre. Une poussée un peu plus forte que les autres le fit tomber en arrière, il jeta un regard derrière lui, le canapé. Il tomba dessus tel une fleur. Sa tête quelque peu relevée, il ne quittait pas Lucifer des yeux.

Ses deux mains vinrent se poser à plat sur le tissu du meuble, il sentait quelque chose naître en lui, un sentiment qu'il préférait ne pas ressentir pour le Diable en personne, pourtant, il n'arrivait pas à faire autrement, il... enfin elle suscitait ses envies d'homme, une femme fatale pareille, ne pouvait pas le laisser de marbre, même avec toute la volonté du monde. Alors comme cela, même Dieu ne pouvait rien faire face au destin? C'était intéressant de l'apprendre, aussi puissant qu'IL pouvait l'être, il avait des faiblesses? Si seulement ça pouvait être utilisé contre lui! Peut-être que le Prince des Ténèbres avait quelques idées à ce sujet, bien que le noble doutait qu'il lui en fasse part, la conversation n'était sûrement pas dirigée dans ce sens. Mais au moins, le patron avait la ""sympathie"" de faire voir les failles de l'ennemi, s'en était quelque peu jouissif quand même. Un fin sourire barra les lèvres du tueur quelques instants avant que...

De Lascelle en avala carrément sa salive, comment allait-il résister à une tentation pareille!? La Diablesse sur ses genoux, lui offrant une vue imprenable sur son décolleter, sur les bouts de chaires non couvert. Tout cela était un appel aux vices, il le savait parfaitement, la luxure était un des plus grands atouts de son interlocuteur. Il se devait de ne pas perdre la tête, malgré tout et les Dieux savaient ô combien ça deviendrait difficile! Il tentait d'encrer ses doigts dans le canapé, pour ne pas succomber, mais les mains du diable prirent les siennes, pour les poser sur ses hanches, il ne les épousa pas pour autant, les touchant le moins possible. Non, ce n'était vraiment pas la chose à faire, se faire tenter ainsi par celui qu'il détestait le plus...

Mais le démon était fort, assurément trop fort pour lui à ce petit jeu et chaque geste faisait tomber une à une les barrières qu'il avait construites et qu'il tentait de faire tenir coute que coute. Sa tête se recula autant qu'elle pu, alors que celle de la femme fatale s'approchait indéniablement, sans qu'il ne puisse y faire grand chose, le souffle chaud sur son oreille le fit frissonner, un frisson presque annonciateur de quelque chose de grandiose. Raah! Comment pourrait-il réfléchir convenablement ainsi! Il appréciait pourtant, d'entendre cet être parler ainsi du grand Créateur, ça le touchait assurément plus que de tenter de lui trouver des excuses.


- Jouer... murmura-t-il, quelles sont les règles?

Car il y avait toujours des règles, des règles qui pouvaient bien faire pencher la balance d'un côté ou d'un autre pour l'âme, comme pour le tentateur. Son regard était à nouveau planté dans celui de Lucifer, il sentit une goutte de sueur glisser le long de sa tempe, c'était insoutenable tout ça. Surtout qu'il sentait bien que sa chemise laissait gentiment mais sûrement entrer l'air de la pièce en contact avec sa peau... l'habit se vit carrément arraché, la peau laisser au bon soin de la partenaire, mais il ne le touchait pas, pas là en tous les cas. Sa respiration s'était légèrement accélérer, il ferma les yeux quelques instants au baiser, cette brûlure... elle était toujours là, mais presque agréable au final, excitante même. Un petit grognement de plaisir traversa ses lèvres. Il lui faisait tourner la tête, pour mieux l'avoir à n'en pas douter!

De Lascelle écoutait pourtant, se montrant tout d'un coup des plus attentifs, ses yeux s'étaient à nouveau ouvert, il regardait droit devant lui en fronçant les sourcils, avant que le démon ne se redresse, pour enlever quelque couche d'habit. Et malgré la température qui montait gentiment, surtout avec la vue qu’il lui offrait, le Comte réussit pourtant à garder un semblant de contrôle.


- Com... pourquoi aurais-je confiance en votre parole? Quels sont vos gages d'une telle chose? Qu'allez-vous me demander de faire en échange de cette liberté?

Pas qu'il n'avait pas confiance, mais c'était un accord qu'il passait avec le patron des Enfers en personne, un menteur par excellence, non? Autant trouvé de quoi lui faire tenir ses engagements!

Ses poings étaient serrés, c'était évident qu'il crevait d'envie de toucher ce corps qui appelait au plaisir, mais il ne voulait pas céder maintenant. Son propre corps réagissait parfaitement au jeu qu'avait Lucifer, on ne pouvait pas avoir la main mise sur tout, surtout sur les réactions physiques de l'anatomie masculine.

L’ancien ange pouvait se targuer d’une chose, il avait réussit à avoir toute l’attention de son âme damnée pour le coup. Car oui, il venait de toucher le seul point sensible qui pouvait permettre de rallier Zenon à sa cause. La menace de se faire enchaîner au fin fond d’un trou de l’abîme marchait elle aussi parfaitement, jamais il n’aurait envie d’aller y faire un tour, mais il savait parfaitement qu’en Enfers, ils avaient de quoi faire pour la torture. Dans son regard, on pouvait bien voir que c’était l’évidence même, qu’il ne voulait pas se retrouver enchaîner à ses chaînes. Les paroles du Diable avait créée une petite étincelle dans les yeux du damné, quelque chose qui pourrait permettre un arrangement, la promesse de liberté, si elle était tenue, pourrait faire du Lord, un complice des plus fidèles, il devait le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Mar 2 Fév - 0:58

Que faire à part sourire ? Le démon savait après tout comment faire céder cette âme, comment l’amener à ce qu’il désirait le plus, un allié au sein même de la bande de renégat qu’il avait. Une âme qu’il avait déjà connu et dont il désirait la complicité pour faire de tout ce merdier, un merdier mais dont il serait à la tête. Rien de plus simple au final de se souvenir de qu’un homme aime et désire. Et dans ce corps c’était si simple, si facile. Comme voler sa glace à une petite fille.
Bien sûr que Zenon pouvait faire sa mauvaise tête mais pour combien de temps ? La dernière fois le diable était un homme et il n’y avait pas le même problème qu’en ses jours assombris. Aujourd’hui il avait des atouts qui étaient des cartes bien assez fortes pour raisonner une telle âme.
Et Zenon le regardait, son regard posait sur lui, il ne quittait pas des yeux. Lucifer adorait ce genre de jeux, c’était les plus simples, les plus facile, les plus amusants. Les hommes avaient ce petit rien qui engendrait chez eux beaucoup de choses. Un frôlement de chair pouvait sans retenue faire tomber un empire et c’était bien preuve dans leurs propres histoires, combien de femme avait, au fil des siècles, fait échouer des empires ! Grisant…

Voilà qu’il sentait le désir monter, c’était ce que désirer le diable, le faire jouer de ses sentiments et de ses désirs, utiliser les failles et le mettre de son coté. Tout en restant quand même le méchant de l’histoire. Sinon ce ne serait pas drôle !
Le diable était le méchant de toutes les histoires et c’était cela le plus important. Alors quand il posa les mains de Zenon sur ses hanches, quand il sourit à en damner un saint, il décréta qu’il était temps de devenir un peu plus tentateur. La luxure c’était cela qui lui plaisait, et il faut l’avouer, c’était le meilleur péché que puissent avoir les humains. L’orgueil ou l’avarice était contraignant, les quatre autres amusant, mais celui là, c’était le préféré, le chouchou du démon.
Lorsqu’il parla, le démon posa son regard dans le sien, dans ses pupilles on ne discernait que l’envie de l’âme, cette sensation que les femmes ressentent, ce désir qui monte. Voilà ce qui se trouvait dans les yeux du démon. Et puis après tout, on passe un pacte, on peut se faire plaisir. Et le démon se ferait plaisir. Il lui susurra comme le font les donzelles en émoi, comme le font les femmes amoureuses, comme ses femmes qui n’ont qu’une envie, celle du désir.

-Les règles sont bien simples. Tu vas voir…

Toute la tentation était dans ses mots, cette simple phrase. Les règles se faisaient au jour le jour chez le diable, rien de bien écrit, il fallait simplement l’impressionner, mais il ne comptait pas le dire à Zenon. Il avait tout intérêt dans cet instant à surprendre le diable.
Mais pour le moment c’était le diable qui gagnait, il sentait l’âme essayer de résister, mais chacun de ses gestes le brûlaient, les lèvres de l’âme laissèrent même échapper le plaisir qu’il faisait peu à peu éprouver à son être. Cela ne rendit le démon que plus désireux de continuer.
Alors qu’il se dénudait, De Lascelle demanda quelque chose, et toujours en ôtant son tailleur, le diable souffla.

-Certes je suis un vilain menteur parfois, je dirais même que je suis un mauvais joueur. Mais étrangement quand il y va de mes intérêts…Lucifer laissa retomber le haut de son vêtement. Je peux être Le meilleur des associés.

Il sourit alors, diablement envieux de faire tomber Zenon. Oui maintenant non seulement il le voulait en allié mais entre ses cuisses aussi. C’était plus que plaisant de faire ses pactes, surtout lorsqu’il mêlait à tout cela la luxure.
Il se rapprocha de nouveau contre son torse, glissant sa propre chair contre celle de l’âme, frôlant sa peau, cambrant ses reins un peu plus indécemment. Ses lèvres embrassèrent de nouveau son cou, glissant doucement vers son torse, sa main caressa son bas ventre, amorçant doucement leur chemin vers la ceinture de son pantalon. Lucifer entendait les battements de cœur de l’âme courir à une vitesse effrayante, il entendait son sang se brûler dans ses veines et chacun de ses gestes entrainait un peu plus Zenon vers lui.

_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Mer 3 Fév - 7:55

Zenon n'aimait pas ce sourire, n'aimait pas... non ce n'était pas vrai, le contact était plus que plaisant, la vue aussi. Mais ce qu'il n'aimait pas, c'était bien de voir comment le Diable utilisait ses faiblesses pour le faire sombrer. Comme tout homme, la chaire était ce qu'il y avait de plus difficile à supporter, comment garder l'esprit clair avec ça? Il soupira, un mélange entre frustration et plaisir, ce démon ne le laissait pas indifférent. Enfin, en y réfléchissant deux petites secondes, c'était le contraire qui aurait été étonnant. Lucifer était un Maître en la matière, voilà qu'il le prouvait encore une fois. Mais le damné avait une certaine volonté, qui pouvait lui permettre de tenir encore un peu face à toute cette tentation, cet appel à la débauche pure et simple, sans contrainte... l'idée, il fallait bien l'avouer, d'avoir le Prince comme amant, était plus que tentante. De plus, avec son apparence de femme, c'est lui qui le posséderait et pas le contraire, de quoi jouir de la situation, dans tous les sens du terme.

La voix à son oreille, à nouveau, lui fit tourner la tête, la température augmenta encore d'un cran, la vision de ce buste quasiment parfait... il en bavait presque, il crevait d'envie de le toucher, de parcourir ce corps. Il prit une grande inspiration, comme après une plongée de trop longue durée, ce n'était pas le moment! Pas maintenant, il ne devait pas. De Lascelle se devait d'abord d'éclaircir tous les points, de ne pas céder sans savoir. Il ne pouvait se permettre une telle erreur de débutant, mais le regard du Cornu. Argg... il fondait, il sentait sa raison, sa volonté, s'envoler. Au profit du désir, de l'envie et de la luxure.

Pourtant le Diable ne répondait pas à ses questions, il allait comprendre pour les règles, personnellement, il préférait les entendre de vive voix! Son corps était parcouru de frisson annonciateur, il devait se reprendre, un bon bac d'eau glacée sur la tête aurait été des plus salutaire juste à l'instant! Quel ingrat d'utiliser ainsi sa plus grande faiblesse! C'était celle de n'importe quel homme! Il grogna de frustration, alors que la chaire mise à nue se collait contre la sienne, le désir allait le rendre fou et cette main baladeuse... il pouvait se laisser aller un instant au plaisir non? Juste quelques secondes! Avant de reprendre contenance, sa tête se pencha en arrière, reposant sur le dossier du fauteuil, ses yeux se fermant un instant, grisant... le bruit du ceinturon qui s'ouvre, pourtant, sembla raviver une étincelle de raison, une de ses mains attrapa fermement le poignet du démon, tandis que l'autre, sans hésitation attrapait ses cheveux pour lui tirer la tête en arrière, afin que son regard puisse se plonger dans le sien, il l'empêcha ainsi de continuer.


- Je ne doute pas de votre qualité d'allié, Lucifer. Mais j'aimerais savoir, avant toute chose, ce que vous allez attendre de moi.

Il était ferme et décidé, malgré son corps qui quémandait encore les attentions de l'autre, son esprit était focalisé sur ses intérêts futurs. Il devait voir au-delà de cette partie de jambe en l'air. Car le Comte se doutait qu'à se laisser prendre par l'envie, se donner consciemment à une luxure sans pareille avec le maître du mal, risquait bien de le lier plus qu'il ne le souhaitait à cet être démoniaque. Alors il voulait des réponses, avant de signer. Mais quelque part, son interlocuteur pouvait le voir, il avait déjà gagné, il avait su parfaitement cibler les besoins de son damné et il était prêt à lui donner à nouveau son âme, pour sa liberté complète.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Jeu 4 Fév - 6:51

L’âme ne pouvait se défaire de la volonté du diable. Pour le moment Lucifer jouait encore, il ne laissait pas totalement la luxure se propageait entre les deux corps. Au contraire, il désirait juste faire tomber Zenon entre ses griffes, nul besoin d’insister pour le moment, l’homme tomberait de lui-même entre ses mains car le conte avait beau être un révolté de sa condition, il n’en restait pas moins un homme, un descendant d’Adam …
Ils étaient tous voués à la chair, sans elle, pas de ne renouveau, pas de naissance, pas de plaisir, c’était d’elle qu’ils naissaient, d’elle qu’ils vivaient, normal que ce soit le plus dangereux de leur péché. Voilà pourquoi Zenon n’échappait pas à cette règle que tout être est faible face au plaisir du corps et du désir. Lucifer le savait bien, puisque le sexe, le plaisir, la soumission ou la domination est le plus vieux et le plus envieux des plaisirs du monde.
Il pouvait soupirer, gémir dans ce souffle, le démon savait fort bien ce qu’il devait continuer à faire. Il restait encore un instant hors de sa portée, frustré mais c’était là le meilleur. Rien d ‘amusant à s’approprier un corps déjà prêt à succomber. Les meilleurs étaient ceux qui résistaient.

Dans ce corps de femme, Lucifer se sentait si à l’aise dans tout cela. Les femmes avaient donc cet avantage ! Comme il comprenait Lilith d’un seul coup, comme il comprenait son besoin vital d’être La femme par excellence. C’était si magnifique, elles avaient toutes les tentations, toutes ses formes, tous ses avantages. Elles pouvaient rendre fou n’importe qui !
Et le diable dans un tel corps, s’était offrir une souris à un chat sur un plateau d’argent. Il aurait du prendre ses courbes bien avant, cela lui aurait facilité bien des corruptions. Il se serait moins emmerdé avec certains grands noms pour les faire pencher du mauvais côté. Quel idiot …

Le diable gorgea sa voix de toutes les indécences inimaginables, il voulait anéantir toutes barrières, faire tomber toutes défenses, s’approprier cette âme encore une fois mais de manière beaucoup plus agréable. Il avait été torturé en enfer, désormais, il était temps de le torturer d’une autre manière, sur terre. Et Lucifer s’avoua un instant que cette torture pouvait être pire que toutes les autres. Car la douleur peut s’arrêter mais le plaisir lui… est éternel, il se consume sans jamais s’éteindre vraiment, alors que le mal, les maux finissaient toujours par perdre. Puisque le corps, au bout d’un moment ne peut plus les supporter.
Zenon luttait, sans le dire le diable sentait le corps réclamait l’autre, l’envie se propageait, il désirait ses mains sur sa taille, sentir la chaleur de l’âme. Il voulait véritablement mettre le comte dans son lit autant que dans ses rangs. Il ne suffisait de pas grand-chose, mais le diable jouait encore, espérant qu’il tenterait quelque chose, qu’il ferait un acte pour le dominer, même un court instant. Après tout, il n’avait pas tout révélé, pas encore, il laissait son jouet avoir cette dernière chance de le surprendre.

Zenon, heureusement pour lui, n’était pas aussi novice que certain. Bien au contraire et c’était pour cela que le Diable avait tout intérêt de l’avoir lui plutôt qu’un autre. Il ne céderait pas sans savoir, non, mais il fallait encore un peu le torturer, onduler encore contre sa peau, lui faire respirer cette odeur de chaire, lui briser tous les autres sens, lui laisser juste un peu d’esprit pour qu’il réalise tout ce qui arrivait. Ne plus lui permettre de penser à quoi que ce soit d’autre que le corps indécent qui se dénudait face à lui.
Sa main glissait sur sa peau, une chaire chaude, brûlante, presque fiévreuse. Un désir certain d’atteindre l’objet de tant de convoitise, le péché que la pomme avait recouvert, que le diable avait rendu si tabou mais qui reprenait vigueur en ce siècle dépravé.
Un instant, avouons-le, Lucifer perdit toute réalité, la luxure après tout n’était pas faite pour réfléchir, mais agir et alors qu’il défaisait la ceinture du damné, il sentit son emprise se défaire un instant. Un court instant elle lui échappa et ce fut là que Zenon joua son meilleur pion !

Le diable sentit son cœur, enfin, façon de dire car le déchu n’en avait plus depuis fort longtemps, il sentit son cœur se suspendre dans sa poitrine. Palpitant comme un tambour que l’on assommerait de coup, il s’emballa plus vite que la cavalcade d’un carnaval et un sourire, un sourire abominablement divin c’est le cas de le dire, caressa le visage du démon.
Sur ses traits, sur sa peau diaphane se lisait un plaisir inavouable, indécent, indescriptible. Un péché pur et simple qui donnait à ses traits toute la quintessence de sa tentation. Un seul mot pouvait éclore, c’était divin, aussi divin que diabolique. Peut être n’était ce qu’une bribe de son aura angélique qui revenait mourir sur ses lèvres…

La position aurait pu sembler désagréable, mais elle était excitante. Une main emprisonnée, la tête bloquée, l’âme qui désirait dominer. Enfin savoir…
Le démon resta un instant ainsi, souriant, puis il poussa un gémissement soupirant. Un bruit affreux qui paraissait caresser la chair et délicatement il se libéra de l’emprise de Zenon, délicatement il s’imposa, usant de ses pouvoirs néfastes pour le défaire. Il caressa doucement la main de l’âme, fit glisser celle qui tirait ses cheveux. Il la fit glisser le long de sa joue, se cambrant indécemment sur les genoux de l’âme. Il pouvait sentir la chaleur entre les cuisses de Lucifer, cette chaleur qui emprisonnait déjà le sexe du comte.
Le démon attrapa cette main qui caressait sa joue et entre ses lèvres glissa l’un des doigts de l’âme. Sensuellement, il lui avoua alors ses projets.

-J’ai besoin d’allié. Sa voix fut languissante, alors qu’il jouait encore avec la main du comte, aussi obscène qu’immoral. Les règles sont simples, un peu dangereuses, mais rien de méchant, puisque tu es déjà mort. Le diable sourit, faisant glisser alors les doigts de l’âme vers son cou, l’obligeant par son pouvoir à caresser sa peau. Il y a des âmes qui s’allient à mon fils pour rendre tout ce monde un peu plus bordélique. L’insolence de Lucifer fut d’un seul coup plus que diabolique alors que la main de Zenon enserrait le cou du démon délicatement, son pouce s’attardant tendrement. J’ai besoin d’espion, d’infiltré, de gens à mon service, qui veillent et surveillent tout ce qui se passe quand je ne sais pas ce qu’il y a. On peut me jouer de vilain tour et dans ses cas là, j’aurais besoin de toi. Le diable obligea la main à descendre, entre son décolté, vers son ventre, caresse du revers de sa chair sur la sienne. Je te demanderais parfois, de faire certaines choses, de séduire de corrompre, de détruire…mais si tout se passe comme nous l’espérons. Tu seras récompensé de ta totale liberté. J’admets que tu pourras rester lié un petit peu à moi, mais ta liberté va me couter un peu cher. Je suis le diable et il y a des règles avec Dieu…malheureusement. Hors je peux les contourner en les payant de ma personne. Donc voila l’arrangement.

Le diable se pencha à l’oreille de l’âme, il fit courir sa main dans son dos et il souffla.

-travaille pour moi, soit mon espion, mon allié. Une fois que toute la merde qui est en train de se passer finira, tu pourras rester sur terre. Tu seras libre, tu pourras revivre une vie de mortel le petit souci, c’est qu’en tant qu’âme tu dois être chez moi. Mais…j’ai le droit de choisir certains élus. En l’occurrence c’est un peu la même place qu’une favorite. Tu devras être sage, tu auras le droit de tuer, de faire ce que bon te semble, mais la rumeur devra être celle que tu es mon favoris. Mademoiselle Clark pourra elle aussi rester sur terre, j’ai un autre marché pour elle, bien sûr si c’est ce que tu veux. Car c’est toi qui m’intéresse le plus.

Le diable se redressa quelque peu, se mordillant la lèvre, ses mots avaient un impact certain, non pas pour l’avenir mais chacun avait été prononcé comme baignant de vice, d’indécence…Il fixa l’âme sans réellement fixer son regard.

-Bien sûr, si tu venais à me trahir ou à refuser, je t’attacherais dans les enfers, je te collerais sur une pierre et je t’y laisserais seul, sans torture, l’éternité en compagnie du néant et de toutes tes peurs humaines. Rien de pire qui puisse arriver. Quand à Clark je veillerais personnellement à ce que soit un ange rédempteur qui s’occupe d’elle. Mais n’arrivons pas à ses extrémités. Nous sommes là pour faire un marché. Un marché plus qu’équitable.

En effet, Zenon avait tout à y gagner. Le diable ne pouvait pas se permettre de jouer coup double, non il n’en avait pas envie en plus. Cela faisait bien des années qu’il n’avait plus eu de favoris, et c’était un terme presque oublié. Car le dernier s’était défait de toutes emprises sur lui en le défiant, mais ce n’est pas là le moment d’y penser.
Zenon serait libre, il n’aurait aucune contrainte, juste un pacte en bon et du forme à signer. Le terme favori serait un subterfuge, sauf s’il faisait comprendre clairement au démon qu’il désirait être une favorite comme celle du roi soleil. Alors le contrat le stipulerait comme il se doit.
L’évocation de mademoiselle Clark était importante car le diable espérait bien un couple à sa solde, sans que le sens couple soit celui qu’on entend. Mais ce serait Zenon qui choisirait à ce sujet. Une preuve de plus de confiance. Voilà tout était dit.

Le démon posa son regard alors dans celui de Zenon, la tension dans la pièce n’aurait pu être plus grande, ses yeux brûlaient presque d’envie, son corps en tremblait aussi. Il voulait conclure tout cela alors il rapprocha son visage, effleurant ses lèvres avec les siennes.

-Alors mon cher comte, on s’entend ?


Un baiser signerait l’entente, Lucifer frôlait sa bouche dans cet esprit, mais c’était à Zenon de s’élancer, c’était à lui de dire oui…ou non.

_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Jeu 4 Fév - 12:11

Le démon souriait, indécemment, oh Zenon ne doutait pas que ce genre de position devait lui plaire, domination, soumission, ça devait être l'un de ses jeux préférés. Après tout, la débauche que pouvait apporter ce genre de plaisir devait être ce que le Diable attendait des autres. Son emprise sur Lucifer ne dura pas, comme il aurait du s'en douter, le démon avait quelques pouvoirs qui lui permettait de se défaire d'une étreinte aussi futile que la sienne, il sentit ses forces l'abandonner, ses bras ne lui obéissaient plus, il les vit se déplacer sur le corps de cette femme fatale, toucher réellement sa chaire fit rater un battement à son coeur. Elle était brûlante de désir, ça se propageait dans son être, ça n'attisait qu'encore plus sa propre envie. Il se sentait plus qu'à l'étroit dans son pantalon cette fois-ci, ça en devenait carrément désagréable.

Un souffle traversa ses lèvres alors que cette bouche pulpeuse s'appropriait l'un de ses doigts, il observait, le feu le brûlait de l'intérieur, ses idées se focalisait seulement sur le plaisir, sur ce que donnerait cet acte sur une partie de son anatomie beaucoup plus sensible que son index. Il appelait au vice, au plus pur des vices, il allait le prendre, ça devenait de plus en plus certain à l'esprit de l'âme.

Pourtant, malgré toute cette luxure qui suintait de tous les pores de cette peau, le damné tentait de rester attentif, le Diable lui répondait, enfin. Sans aucun détour, avec une honnêteté déroutante et l'homme buvait presque ses paroles. Car si travailler pour lui était simplement de faire ce qu'il savait le mieux, pourquoi dire non? Ce n'était pas dénué d'intérêt, sa proposition. Le plus important étant celui de pouvoir rester sur terre, il ne pouvait pas cracher dessus, il ne voulait que cela. Il sentit sa main se resserrer sur le cou de son interlocuteur, le message était noté, il voulait de la violence, il en aurait.

Le Comte fût quand même étonné d'apprendre que Lucifer, en personne, pouvait être dupé. N'était-il donc pas si omniprésent qu'il aurait pu le croire? C'était aussi une information qu'il n'oublierait pas de sitôt. Mais à voir le déroulement des opérations, il ne le mettrait jamais au service des ennemis du cornu. Il n'était pas comme cela, ce n'était pas un traître, jamais. Il était loyal et fidèle à son maître, en tout temps et si, au final, il acceptait que ce démon le soit, il serait donc son plus fidèle serviteur. Sa main se vit descendre sur la poitrine, il en frissonna de plaisir, il aurait voulu s'y attarder, mais elle descendait déjà plus bas sur son ventre, à la frontière de la jupe... il la lui arracherait.

Le compromis tomba enfin, le damné respirait à plein poumon le parfum diabolique, tout en l'écoutant, il tremblait d'envie, la retenue le rendait fou, il le voulait. Mais les paroles réussirent à tempérer cet esprit vif, il écouta, avec attention, les termes du contrat. Rien qui pouvait le troubler, ça lui convenait parfaitement... un favori. Pourquoi pas? Ca lui garantissait une immunité, il ne fallait pas passer à côté! Quelque chose le fit redevenir un peu plus de marbre, froid... le nom de Clark. C'était SON intimité, on ne touchait pas à la dame, il n'y avait eu qu'une nuit entre eux, pourtant le Lord savait que ça avait été bien plus que cela. Pourquoi l'intéressait-il plus que la chasseuse? Elle lui était pourtant plus dévouée... plus connaisseuse aussi du monde qui les entourait. Il y réfléchissait, ne sachant pas s'il pouvait se permettre de mettre la jeune âme dans son histoire, mais la suite du compromis le décida bien rapidement.

La menace sur son être, ne lui faisait rien, par contre, la menace de l'ange rédempteur, le glas de la fin d'Amélia lui fit ressentir une sueur froide lui coulant le long du dos.


- Vous êtes vil... murmura-t-il, entre ses dents. Alors voilà quel était son réel point faible... Mademoiselle Amélia Clark. Cette évidence lui sauta aux yeux, son regard se porta alors quelques instants sur les lumières de la ville, totalement détourner du Prince, pour une seconde de réflexion. Car oui ça lui posait problème, il ne pouvait pas se permettre d'agir ainsi, pour empêcher qu'un autre tombe, mais de l'autre... il le pensait depuis le départ, que cette femme était ce qu'il aurait de plus important sur cette Terre, sa meilleure des alliées, sa meilleure partenaire.

Le Diable avait fini son deal, il s'approchait de plus en plus proche de son visage, voulant ainsi sceller leur entente. L'homme lisait dans son regard tout le besoin qu'il avait de laisser libre coure au désir. Les paroles n'étaient bientôt plus les bienvenues, il faudrait voir à passer à un autre type d'échange. Bien... il n'avait pas beaucoup de temps pour prendre sa décision. Il aurait fallu qu'il pèse le pour et le contre, s'assurer que c'était réellement ce qu'il souhaitait... en fait, bien sûr que c'est ce qu'il souhaitait! Il haïssait les enfers, le patron lui proposait de ne plus jamais y remettre les pieds! A quoi bon réfléchir plus loin que cela? Il s'abandonnait à ce démon, complètement.


- Je veux qu'elle reste... lâcha-t-il avec un ton plutôt autoritaire, c'était presque un ordre qu'il donnait, mais c'était ça ou rien. Amélia devait rester, sans quoi, De Lascelle deviendrait un électron libre et bien emmerdant pour Lucifer et ses sbires. Sans plus rien dire d'autre, il avait capturé ces lèvres qui le narguaient tant, les enfermant dans un baiser fougueux et violent. Les lui mordant au sang.

Tout son besoin de sentir ce corps contre le sien, de le posséder sortait d'une traite, il ne laisserait pas souffler le cornu pour le prochain quart d'heure. Sans douceur, il l'avait repoussé, à terre, à genou entre ses jambes, sa main venait à nouveau d'agripper ses cheveux avec une force qui n'avait rien d'humain, il lui tirait encore une fois, la tête en arrière, pour le regarder.


- Faites-moi voir... vos talents.

Il s'était alors lever, le surplombant de toute sa hauteur et le damné était grand, ça c'était une certitude, dans cette position, la bosse de son pantalon était plus que voyante, le Diable pouvait s'estimer content de lui d'avoir procuré autant d'effet à cette âme qui le haïssait tellement. De sa main libre, il était aller défaire lui-même la boucle de sa ceinture, faisant tomber le pantalon, ainsi que le dernier vêtement, se retrouvant en tenu d'Adam fasse au maître... maître qu'il releva alors de force, attrapant l'une de ses mains pour la poser sur son membre, qu'il s'en occupe comme il savait sûrement si bien le faire.

Si Lucifer avait apprécié de se faire dominer quelques instants, avant la discussion, c'est qu'il apprécierait encore maintenant et Zenon ne savait pas réellement pourquoi, mais il sentait qu'il se devait de se montrer audacieux aux yeux du Cornu. Un pas en avant, un deuxième, tout en appréciant la caresse, il repoussait son partenaire lentement, toujours en le tenant, ne voulant pas le lâcher. Le mur se fit bientôt sentir dans son dos, il le retourna sans douceur aucune, lui collant le visage dans la tapisserie, son bras coinçait la nuque du démon.

Sa main glissa sous la robe, effleura son point le plus sensible du bout des doigts, remonta pour attraper l'élastique du dessous et l'arracha d'un coup sec. Puis la main glissa à nouveau sur la chaire, libre, il pouvait déjà ressentir les effets de son traitement, sa paume se colla sur les fesses un instant, tirant sur le tissus de la robe pour la faire glisser le long de ses cuisses, l'obligeant ensuite à se cambrer, son bras toujours en clé sur sa nuque l'empêchant de faire trop de mouvements, il en faisait bien ce qu'il voulait à l'instant. Enfin, tant que le diable accepterait le jeu. Les doigts effleurèrent alors la colonne, dégrafant le dernier vêtement au passage, faisant du démon son jouet, il le prit sans plus les faire attendre.

Libération, la seule pensée qui le traversa. Son bras qui servait d'entrave, au gré des mouvements, glissa pour que la main puisse à nouveau se serrer contre le cou du partenaire, l'attirant ainsi à lui, son dos contre son torse, leur chaleur liée, le noble lui mordit le lobe de l'oreille, presque à sang, tandis que sa main se fermait comme un étau, sans pour autant vouloir l'envoyer dans les pommes. Ce n'était pas le but recherché, le seul but à l'instant, était le plaisir. Et il fallait bien l'avouer, Zenon prenait son pied. L'autre bras s'enroulait sur son ventre, le gardant prisonnier, soumis à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Sam 6 Fév - 11:52

Lucifer sentait Zenon se morfondre de désir, alors que sa main caressait sa chaire, il devinait déjà toute l’envie de l’âme. Celle de soupirer dans une étreinte langoureuse, engendrant plus de vice que de chasteté. Une étreinte qui sans détour n’amènerait pas le moins du monde à la porte du paradis. Le Diable savait parfaitement que sous les tissus se dressait déjà la luxure parfaite que devait sentir le comte, le besoin grandissant de posséder celui qui au final était le maître. Il pourrait alors se venter d’avoir posséder le diable. Lucifer en tremblait déjà.
Sans trop l’avouer cependant le grand démon jouait pour connaître un peu plus les faiblesses de son allié. Après tout il était meilleur de savoir ce qui risquait d’arriver si l’ennemi les connaissait. Il savait déjà que Zenon n’était pas du tout insensible aux formes de la luxure, il pouvait déjà avouer que le sexe grossit du damné, enfermé sous sa prison de tissu n’était qu’une preuve de plus de sa faiblesse face au désir. Mais il était aussi vrai que ce cher et tendre De Lascelle écoutait avec attention, dut moins du mieux qu’il le pouvait, les paroles du diable. Difficile de se concentrer alors qu’on ne cherchait qu’à l’emmener entre ses cuisses.

L’âme avait un bon point, elle n’était pas idiote. Elle savait fort bien qu’une telle proposition ne pouvait pas se refuser. Même un démon amoureux des enfers l’aurait accepté. Parce que la terre est le meilleur terrain de jeux et qu’à force de vivre là bas, dans les abysses infernaux, on finit toujours par se faire chier ou si l’on est bien moins loti, par se faire torturer.
Une autre chose avait convaincu Lucifer de le choisir lui. Il pouvait être fidèle, il pouvait être sur de cet homme sans craindre le risque de le voir lui jouer un mauvais tour. De toutes manière une âme qui jouait un mauvais tour au diable, c’était un risque à ne pas sacrifier. Car même si on pouvait se libérer de lui, la vie devenait bien morose en sauvant sa deuxième chance de liberté, se tenir éloigné de toutes tentations, se tenir éloigné de tout ce qui pouvait le ramener aux enfers, c’était comme s’enfermer dans un cercueil et attendre sagement que la vie passe.

Le Diable évoqua une autre âme et l’effet à son sujet fut celui qu’il attendait, un autre point faible que le vilain de l’histoire avait trouvé. Le murmure de Zenon le lui confirma, son regard qui s’éloigna vers la ville aussi. Serait-il encore si simple de confondre un homme ? Avec une simple demoiselle ? Ce fut jouissif de penser que oui. C’était presque trop simple. Non ?

Mais trêve d’attente, il était temps de sceller le pacte, d’en finir avec le blabla et de passer à une conclusion un peu plus horizontale. L’âme n’avait pas besoin de réfléchir bien longtemps, le diable n’avait plus fait de proposition aussi « honnête » à qui que ce soit depuis fort longtemps.
Enfin alors il abdiqua un ordre. Bien sûr qu’Amélia resterait, elle œuvrait si bien pour le démon qu’il devrait passer la voir, juste pour le plaisir. Peut être allait-il lui demander bien plus qu’à Zenon, mais non, pas de telles pensées. Il était temps de savourer enfin les lèvres de son nouveau jouet. Lucifer dévora littéralement la bouche de l’âme, rattrapant autant qu’il le put son baiser, le goût du sang pointant presque, mais la morsure n’avait rien provoqué de plus qu’une légère douleur, excitant sans retenue le grand démon.
Il ne se laissa pourtant pas aller immédiatement, sa poitrine contre son torse, il savoura cette sensation de chaleur, sa main contre sa chaire il voulait arracher les dernières barrières entre lui et Zenon. Mais ce serait à l’âme de faire ses preuves, d’être plus audacieux que ne l’avait jamais été ses démons. Lucifer aimait par-dessus tout, dans un corps de femme éveiller les pulsions jusqu’à ce qu’elles s’écroulent sur lui.

Et bien sûr c’est ce qui arriva.
Assis à même le sol, le démon cambrait son dos alors que l’âme tenait ses cheveux. Ses talents c’étaient pours plus tard, bien assez déjà fallait-il le laisser lui montrer toute l’ivresse qu’il pouvait inspirer au démon. Et pour le moment il faisait frémir le diable.
Zenon le surplombait, immense, imposant, et les yeux du diable s’illuminaient de cet air affreusement mutin, enrobé de ce sourire que l’on aurait voulus n’avoir que pour sois. La haine était donc si proche du plaisir et de l’envie, les meilleurs amants étaient ceux qui se volaient le corps après une dispute sans égale. L’âme le détestait à tel point qu’il n’en serait que plus meilleur.
Il imposa encore et le diable se laissa faire, glissant sa main sur le sexe du compte, effleurant son gland, s’attardant sur ses bourses. L’endroit était bien plus chaud que le reste de la peau de l’âme, il était bien plus bouillant que son torse ou sa nuque. C’en était enivrant. Il le faisait reculer vers le mur et Lucifer continuait, sa main plus douce que l’on aurait pu l’imaginer suivait la courbe du sexe sans retenue, engendrant chaque geste à un endroit bien précis.

Quiconque aurait observé la scène de loin n’aurait vu que deux amants en proie à l’envie. L’homme immense et la femme se dressant à la hauteur de son torse, proche du mètre 75, Lucifer savourait parfaitement la taille de chaque…détail. Maintenu par l’âme, son dos sentit le contact froid et dur du mur, il sourit.
Zenon n’y allait pas avec tendresse, quoi de mieux pour donner plaisir au diable. Il prenait au sérieux comme il se devait la domination à exercer sur le démon et ce ne serait pas Lucifer qui viendrait à s’en plaindre. Surtout lorsque son bras bloqua la nuque du diable.
Chaque fois que la main de l’âme touchait sa peau, le démon frissonnait. Un frisson indécent qu’il n’avait connu qu’avec ce corps, cela tiraillait ses entrailles jusqu’à le rendre fou et alors que Zenon effleurait ce point si féminin, Lucifer poussa un soupir quand il arracha l’élastique, se cambrant contre lui, il sentit le sexe dressé de l’homme, cette sensation envoutante, cette dureté qui s’écrasait contre lui.

Le diable en était fou, la verge et sa rigidité le rendrait désireux, avide, et il se cambrait un peu plus contre lui, réclamant presque l’instant qui allait arriver. Un gémissement s’échappa encore de ses lèvres, il le voulait entre ses cuisses, il désirait tout ce qui se passait, engendrant tous ses sens à ne plus rien désirer d’autre. A la chute de chacun de ses vêtements, à mesure qu’il se retrouvait un peu plus nu contre lui, le grand démon ne réclamait plus rien que cette soumission. C’était un désir ancestral que d’être celui que l’on contraint, lui que plus personne ne contraignait jamais.
Lucifer sentit alors la virilité de l’âme le pénétrer et dans un gémissement lascif le diable ne fut plus qu’un jouet dans les mains de l’allié.

Il aurait voulu se défendre, jouer un peu les opposants mais rien de tout cela ne troublait son corps, non. Les bras qui l’entouraient le poussaient un peu plus à la cambrure, offrant ouvertement son bassin au comte, éprouvant plus de plaisir dans ce corps féminin qu’il n’en avait jamais eu dans celui d’un homme. Plus il serrait sa gorge, plus la douleur grandissait sur son love, plus le démon soufflait son plaisir.
Des gémissements de femme soumise, complice à la chaleur, à leurs corps ainsi enlacé, à sa main autours de son ventre.

Le plaisir était une divine souffrance, il torturait le corps tout entier, agitant la peau, troublant le cœur, emballant le sang et Lucifer sentait le souffle de Zenon traduire tout cela. Il désirait plus, encore bien plus, il voulait sentir l’âme et son corps contre lui, l’enlacer à l’en déchirer la peau, mais encore un peu, encore un instant de cette domination alors qu’au fond de son corps grandissait ce fourmillement. Les gémissements de Lucifer étouffaient sa voix, troublaient son plaisir, il voulait encore et uniquement le va et viens entre ses cuisses.
Un instant il se ressaisit, sa main glissant sur celle de Zenon, il l’effleura d’abord avant de le saisir et de défaire son étreinte. Il maintenu encore pourtant le bras autours de sa taille, tremblant, il ne réussit pas immédiatement à le faire lâcher, mais d’un mouvement le diable repoussa l’âme.

Il fit volte face, l’attrapant derrière la nuque il le ramena contre lui, écrasant sa poitrine contre son torse il mordit la lèvre du damné, les lèvres étaient le péché mignon du démon, s’était s’approprier quelqu’un que de les avoir contre les siennes. Il les embrassa comme si elles furent celle de Dieu, il le repoussa par la suite, d’un geste, les ombres firent en sorte de faire tomber Zenon en arrière, le recevant pour le poser au sol sans heurt.
A quatre pattes le diable le rejoignit, les ombres retournant à leur immobilité, le corps de l’incendiaire rousse glissa au dessus du damné, ses lèvres effleurant son torse, elles remontèrent jusqu’à son cou, s’y attardant, elles entreprirent de le marquer, un suçon à sa naissance, tandis que l’entre jambe du démon, aussi brûlant que l’enfer devenait l’antre de la luxure. Lucifer s’amusa, glissant légèrement sur le sexe de Zenon, il s’immola dessus pour s’en réchapper, jouant sans retenue à cet indélicat supplice. Sa main sur sa chair glissa jusqu’à griffer le comte alors que le diable emprisonnait le sexe durcit et que son regard amusait revenait défier son nouvel allié.

_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Sam 6 Fév - 22:46

Il était impossible de réellement décrire ce que pouvait ressentir Zenon en ce moment, de sentir le Diable à sa merci, soumis à ses désirs, ses envies. Faisant bien sagement ce qu'il lui demandait, comme un bon petit esclave. De plus, si cet être voulait avoir du plaisir, c'était lui qui le lui donnerait et personne d'autre. De quoi rendre toute la situation encore plus grisante. Ses sens étaient tous concentrés sur son partenaire, son cerveau avait mit toute la raison sur off, plus rien ne comptait, mis à part le corps du démon. Il n'y avait aucun sentiment dans tout cela, ce n'était que les instincts primaires qui parlaient, l'instinct animal qui lui ordonnait de se montrer dominant, quoi qu'il arrive dans la suite. Sa haine aussi pour cet individu permettait une énergie nouvelle, lui donnant la possibilité d'augmenter la cadence et la force des coups de rein, les gémissements étaient annonciateurs, l'obligeant à continuer ainsi, mais il en voulait plus, il voulait l'entendre crier son plaisir. Bien évidement, la main qui lui serrait de plus en plus la gorge empêchait cela, mais ce n'était que le début, l'échauffement.

Collé contre son dos, il lui imposait un rythme soutenu, la morsure de son oreille permettait à l'homme de s'enivrer de cet odeur de feu, même si ça pouvait lui rappeler les Enfers, à l'instant, ça ne représentait que la luxure de l'instant, excitant encore plus ses sens. Son souffle était court, la tension était grande, il n'était pas sur de pouvoir tenir longtemps. Le plaisir était tellement grand, il y avait quelque chose qui se dégageait de cet être, quelque chose qu'il n'avait jamais ressentit avant, de quoi vous faire perdre la tête, de partir pour le nirvana sans avoir réellement comprit ce qui vous arrivait. Mais il ne pouvait pas se laisser aller ainsi si vite.

Le cornu en profita, sa main se posa sur la sienne et comme quelques minutes plus tôt, il lui fit lâcher son étreinte, la main se desserra de sa gorge, la caresse furtive sur son bras qui l'entourait le fit frissonner, avant qu'il ne se tourne pour lui faire face, plongeant son regard dans le sien, assombrit pas l'envie, il le voulait encore, il n'avait pas fini! Pourquoi le couper ainsi, la position lui convenait parfaitement, le goût du sang aussi, ça le rendait encore plus violent dans ses gestes, alors pourquoi changer? C'était lui le patron pour l'échange, non? La réflexion n'était pas la bienvenue, ses lèvres furent capturer par celles du démon, il se devait de répondre au baiser, avec hargne, lui aussi mordait, c'était indissociable pour leur relation, le sexe n'irait pas sans la violence que le personnage engendrait. Les envies de meurtre étaient bien présente, ça ne pourrait que l'amener encore plus loin, mais il avait entre les mains un immortel, qu'il devrait se contenter de prendre, sans plus. Il ne s'en plaindrait pas, c'était déjà bien trop d'honneur.

Repousser, sans douceur, le Comte savait qu'il tomberait, surpris par le geste, mais quelque chose le retint et c'est sans heurt que son dos toucha le sol, bien rapidement rejoint par Lucifer, qui ne perdit pas une seule seconde pour lui fondre dessus. Bien que le traitement fut des plus agréable, le damné n'appréciait pas réellement de se retrouver en position d'infériorité. Avec d'autre ça pouvait être un jeu des plus amusants, pas avec lui. Pas avec le Diable. Mais comment résister au traitement, sentant sa virilité à nouveau prisonnière du démon. Quelques râles de plaisir se firent entendre, ses mains parcouraient le corps brûlant, un frisson étrange le parcouru en sentant les mains sur son torse, sur ses cicatrices, c'était diablement excitant et très inquiétant à la fois, c'était à cause de lui, en partie, que ses souvenirs étaient encore visibles, encore bien sensibles au touché. Ce contact le brûlait quelque part, il sentait qu'il ne se débarrasserait jamais complètement des Enfers, même s'il n'y remettrait plus jamais les pieds. Le griffement lui fit soulever sa poitrine un peu plus, il appréciait le traitement, son regard croisa celui du démon, alors qu'ils ne faisaient à nouveau plus qu'un.

Ses mains posées sur ses hanches, il l'obligea à nouveau à suivre un rythme, se redressant alors pour ne pas rester totalement inactif, il se retrouva à la hauteur de sa poitrine, qu'il se fit un devoir de prendre soin, léchant, suçant, mordant ces bouts de chaire sans aucune retenue, avant d'utiliser sa force pour soulever quelque peu son partenaire, afin de le faire se retrouver sur le dos. De Lascelle voulait le dominer, il voulait dominer le final, car il se sentait déjà un peu partir, mais il tenait à ce que Lucifer y trouve aussi son compte. Bien qu'il le détestait, il pouvait lui offrir cela, en gage de sa bonne foi et de sa... fidélité envers lui. Ils scellaient le pacte, l'orgasme serait la première signature officielle. Mais c'était à l'âme de le lui offrir et pas l'inverse. Lui attrapant les jambes, il les posa sur ses épaules, avant de s'introduire à nouveau en lui, sans aucune douceur, avec encore plus de profondeur et de recommencer les mouvements de va et vient, plus rapidement encore que quand ils étaient debout. Après tout, la posture permettait un plus grand équilibre et Zenon utilisait son pouvoir pour donner encore plus de sensation au démon.

Le damné attendit que son nouveau patron atteigne en premier le plaisir dans sa plus parfaite représentation, avant de pouvoir se laisser aller à son tour, quelques mouvements encore, avant que les muscles ne se tendent puis la délivrance enfin, Dieu que c'était bon! Un long râle vint confirmer ses sensations. Il n'avait rien connu de comparable de son vivant ou de sa mort. Mais qui pouvait se targuer une comparaison avec le maître incontesté de la luxure en personne? Il fallu quelques longues secondes à notre ami pour reprendre réellement ses esprits, sans bouger de sa position, sentant quand même ses bras tremblés sous l'effort, il se retira alors bien rapidement avant de se relever sans attendre.

La douceur, la paix d'après l'amour n'avait rien à faire ici, il avait déjà attrapé de quoi se vêtir un minimum, cachant ses attributs, repassant sa chemise, qu'importe la sueur, le souffle encore court, il ne voulait pas rester un instant de plus dans ses bras. Il lui tournait le dos, en proie à des sentiments contradictoires, se trouvant tellement idiot d'avoir succombé ainsi, si facilement. Malgré tout le plaisir qu’il en avait tiré. Etrangement, ses pensées se tournèrent quelques instants vers Amélia, qu'allait-elle penser de tout cela... risquait-elle de le haïr pour son geste? Pourquoi s'inquiétait-il de sa critique envers son comportement... il soupira quelque peu énervé, tout en se passant les deux mains dans les cheveux, glissant ensuite sur sa nuque, s'arrêtant sur le suçon, marque d'appartenance au démon pour un temps.

Le Lord tourna à peine la tête, pour jeter un regard sur son invité, encore nu comme un verre.


- Satisfait? Je vous offre... un verre?

C'était l'hôte quand même, de plus, c'était son supérieur qui était chez lui, il se devait bien de se montrer accueillant. Et puis, il voulait boire quelque chose, de fort. Sans attendre, il marchait déjà en direction du bar, sortant 2 verres et une bouteille de son alcool le plus fort, de l'absinthe. Mais pas n'importe laquelle. La vraie, celle qui avait été interdite un peu partout, celle qui était dangereuse pour le cerveau, qui rendait fou. Il ne la couperait pas à l'eau, il était partant pour la boire pure. La bouteille levée quelque peu, il la présenta au Diable pour savoir si ça lui convenait.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Dim 7 Fév - 0:03

Lucifer n’avait qu’une seule chose en tête, le plaisir et le corps de l’âme, le reste pouvait attendre, même les enfers pouvaient patienter un instant, leur maître était bien plus qu’occupé. Sous cette étreinte il prenait tous les plaisirs, la violence n’était qu’un plus, un besoin nécessaire dans cette échange. Zenon de Lascelle avait comprit entièrement ce qu’il devait faire, dominer le diable, lui arracher le plaisir, de ses vas et viens il devait en entendre le gémissement lascif du démon. Et c’était bien ce qui arrivait en cet instant.
Le diable sentait le plaisir grandir dans ses entrailles, le corps féminin en tremblait, frémissant sous le va et viens de l’homme qui le possédait. Même s’il avait prit le dessus un instant, qu’il avait marqué l’âme de ce suçon, il se rendait tout au plaisir et à la soumission. Le comte n’avait rien oublié de l’étreinte de la chaire et il le prouvait bien en cet instant. Ses mains sur les hanches du démon, c’était une sensation que Lucifer adorait, sa préféré peut être…

Le diable se laissa faire, reposer sur le sol de nouveau, les jambes sur les épaules de l’âme, le plaisir grandissait, encore, encore jusqu’à ce que….dans un dernier souffle, dernier gémissement quelques instants avant que l’homme ne se relâche, il sente à son tour le plaisir éclore, exploser, souffler dans tous son corps.
Il fut surprit cependant. Cela prit part dans ce sexe féminin, à deux endroits en même temps pour propulser dans tout son être un fourmillement électrique, faisant éclore à ses lèvres un râle jouissif, aussi féminin qu’indécent. Le corps de Zenon fut présent encore quelques instants et il espéra bien que celui ne commette pas une erreur pour la fin de cet…échange. Il trembla, comme Lucifer sentait ses cuisses trembler puis il se retira et le grand démon fut heureux de le voir s’éloigner.
Lui il profita du fourmillement qui s’imposait sur ses membres, une main sur le ventre, agitée encore des dernières sensations du plaisir. Son cœur se calma aussitôt, enfin son souffle plutôt, il observa le plafond, l’âme proposa un verre.

Le diable se redressa, étrangement quand il fut debout, il portait de nouveau son tailleur noir. Veste et jupe arrivant aux genoux, enserrant ses formes et sa taille. Sa chevelure rousse se maintenait à nouveau parfait dans son chignon, Lucifer avait désormais revêtu son costume, de nouveau plutôt, ses dons obscurs l’en avaient rhabillé.
Il tira un instant sur sa veste, vacillant pourtant sous les fantômes du plaisir qui gardait encore son corps dans leur prison. Le cornu acquiesça pour l’absinthe, rien de mieux pour conclure tout cela. Les talons résonnèrent alors, se rapprochant de la cuisine le diable s’accouda à la table et déposa sur la table deux livres de la taille d’un agenda, quelque chose de raisonnable niveau grandeur, mais épais de trois doigt. Sans dresser les yeux vers Zenon, le diable sortit un stylo plume, le dé bouchonna et d’un geste précis, il le posa à côté du bouquin. Il dressa ensuite son regard vers lui.

-Et bien, un verre et nous pourrons conclure tout cela avec une signature. Il sourit avec une complicité malveillante. Tu signes à la fin des deux bouquins et tu en gardes un pour toi. Avoir son contrat c’est une belle preuve que je ne te jouerais pas des tours.

Personne, aucun humain, ne pouvait se venter d’avoir son contrat, mais le pacte qu’ils allaient passer, était bien particulier en vérité. Puisqu’il faut le dire Zenon serait dénommé comme le favori. Tous les détails et toutes les astuces étaient désormais relaté dans ses bouquins, il aurait donc tous les temps de le lire.
Lorsque le comte posa le verre devant lui le diable le porta au dessus de son regard. Ses grands yeux observèrent l’alcool, souriant, il adorait l’absinthe. Avant de le porter à ses lèvres, il le leva en direction de l’âme.

-Et bien…Santé mon cher, que notre entente soit…longue et prospère.


Le diable avala d’un seul trait son verre, savourant l’anis qui brûla sa gorge.

_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Dim 7 Fév - 1:02

Le damné servait à boire, le bruit de talon le fit relever la tête, son visage marqua la surprise de voir le Diable à nouveau habillé comme si rien de ce qu'ils avaient pu faire s'était passé. Pourtant, il n'avait aucun mal à imaginer le corps sous cette couche de protection, chaque détail, chaque forme, le grain de peau et son goût étaient inscrit dans sa mémoire, il ne l'oublierait assurément jamais. C'était ses habits à lui, la moiteur de sa peau et le suçon sur son cou qui étaient les preuves de l'échange que l'âme avait eu avec Lucifer en personne. Etrange de se dire qu'il l'avait... honoré. Qu'il l'avait amené aux portes d'un Paradis quelconque. Un frisson le parcouru, frisson qu'il ne put définir. Le cornu acceptait sa proposition, deux bouquins furent lâchés sur la table, sans douceur.

Zenon les observa d'un œil distrait, alors qu'il terminait de remplir les deux verres et qu'il en posait un devant son invité. Avant que son attention ne se porte un peu plus longuement sur ce qui se trouvait sur sa table. Un contrat, donc... épais. Jamais il n'en avait vu de pareil et gardant son verre dans la main, il utilisa la libre, pour ouvrir le bouquin, le lire en diagonale, voir ce qu'il y avait à l'intérieur.

Son regard s'arrêta quelques secondes sur Lucifer, tandis que celui-ci reprenait la parole, lui expliquant les dernières choses à faire, pour que tout soit terminé. Une simple signature et son âme... serait à lui pour l'éternité, à nouveau. Mais avec des avantages, qu'il n'avait jamais cru espérer.


- Et je signe de mon sang?

Oui, comme beaucoup, il avait lu Faust et le mythe de la signature au sang s'était perduré, c'était inévitable, on ne pouvait rien faire contre les vieux cliché. Ses doigts glissaient sur l'écriture ancienne, avec la légèreté qu'il avait usée sur la peau du démon, il lisait, conscienseusement, il cherchait les petits caractères qui pourraient le mettre dans une situation délicate.

Pourtant, la femme à ses côtés le rassura, lui expliquant qu'il pourrait garder un exemplaire, que c'était une marque de son honnêteté. Il pouvait le croire sur ce point, rarement âme, humain ou autre avaient pu garder ce genre de chose chez lui. Un mouvement de tête acquiesça les dires, accepta le contrat. Son attention revint alors sur son interlocuteur, qui portait un toast. De Lascelle suivit le mouvement.


- Oui, à notre entente... tant que vous ne me ferez pas de coup bas, je serais votre plus fervent sujet, Monseigneur.

Après tout, c'est comme s'il prêtait allégeance à un Roi. Ca le ramenait bien loin en arrière tout cela et quelque part, au plus profond de son être, ça lui faisait du bien, de se sentir à nouveau attaché à un monarque. Bien sûr qu'il aimait sa liberté, mais au service de son Roi, il l'avait toujours été. Il fallait le prendre comme un honneur et c'est ce qu'il se forcerait à faire, malgré la haine viscérale que le Diable pouvait créer en lui. Un vrai monarchiste comme on n'en faisait plus.

Comme Lucifer, le Comte avala son verre d'une traite, laissant la boisson lui brûler la langue et la gorge, appréciant le goût. Ca faisait du bien, ça revigorait! Puis sans attendre, il attrapa le stylo, ouvrit les deux ouvrages à la dernière page et signa. Il sentit une coupure se faire sur sa main et l'encre du stylo se fit rouge, rouge sang. Alors comme ça, il n'avait pas été tellement à côté de la plaque par sa question. La douleur de la coupure fût vive et rapide, il l'avait déjà oublié. Referment ensuite le bouchon, il le posa sur l'un des exemplaires, qu'il fit glisser en direction du cornu. Un regard sur sa main lui fit comprendre que la cicatrice ne partirait jamais, encore une marque d'appartenance.


- Avez-vous une mission à me confier? Autant partir rapidement en chasse, il marqua un léger temps. Quand... comptez-vous aller voir Mademoiselle Clark? Il voulait peut-être la voir avant, pour lui faire par lui-même et de vive voix de ce changement. Mais il ne pourrait aller à l'encontre des envies de son commandant.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
MJ - - - grouuuu je suis méchant

avatar


Messages : 2581
Date d'inscription : 28/05/2009
Pouvoirs : Ceux du démons



Dans le monde de Londres
Âge: 6000 ans
Métiers: : Maître des enfers
Disponibilité Rp: : OPEN

MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Dim 7 Fév - 4:07

Le contrat était donc signé, plus rien d'autre à ajouter. Le diable avait œuvré dans le bon sens, obtenant ainsi un nouvel allié, un complice dans toute cette histoire, un de plus, un qui pourrait sans trop de difficulté jouer coup double et faire ce qu’il y avait à faire lorsque le diable le dirait.
Le démon attendait patiemment sans rien dire, savourant son absinthe pensant à tout cela. L’anis coulait au fond de sa gorge, sensation aussi envoutante car proche du plaisir primaire. Dieu avait fait des trucs biens, le sexe, l’alcool, tout ça au final c’était pas mal.
Alors qu’il était dans ses constatations, l’âme prêta presque allégeance et le grand cornu sourit. Il savait fort bien de quelle valeur était le comte. Il n’avait prit n’importe qui pour gagner ses ranges, il avait par logique, choisit celui qui serait le plus compétent et le plus loyale. Après tout aucun chef n’aurait choisit un traître…

Il pensa alors à une mission à lui confier, quelque chose à faire ? Le cornu sortit de sa poche et posa sur la table un parchemin roulé, tout était inscrit là dedans, la mission, le nom, le but de tout cela. Rien de bien difficile pour commencer. Quand à Amélia … c’était désormais son propre secret.
Bien sûr, le diable comptait aller de ce pas la voir, avant que big Ben n’annonce une nouvelle heure, il comptait se glisser dans les ombres et se rendre auprès de la belle du compte, non seulement pour mettre un vilain grain de sel entre eux mais aussi pour continuer la nuit et les plaisirs. Il lui avait promis d’ailleurs, de venir la voir, sous une forme masculine. Il se devait de tenir sa promesse.

Lucifer reposa son verre, absinthe délectable qui imprégnait ses lèvres, il ne devait plus s’attarder. Attrapant l’un des livres au passage, il se rapprocha indécemment de l’âme, collant son corps si près du sien que cela en faut obsédant. Il respira une dernière fois son odeur et murmura à son oreille.

-Nous nous verrons bientôt monsieur le comte. Très bientôt.

Ses lèvres avaient effleurée son cou peut être pas, ce n’était qu’une impression au final et il avait ainsi délaissé l’âme, glissant contre lui, tel un fantôme enjôleur, les ombres l’avaient presque englouties aussitôt alors qu’elles attendaient patiemment derrière ce cher comte. Une bonne nuit échappa des lèvres du démon, résonnant comme un murmure lascif dans l’appartement, le diable n’était déjà plus là les ombres non plus.
Le pacte avait donc été….signé.

Retourner sur terre


_________________

-|L'histoire |-|Fiche d'évolution|-


    "Vous savez...il suffit de peu de chose pour être heureux. Je le sais bien, je sais toujours tout. Vous devriez...me faire confiance. Je peux vous donner tout ce que vous désirez. En échange, je ne demande que votre âme, si peu en sommes."



Dernière édition par Lucifer le Mar 23 Aoû - 0:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ambrosia.forums-actifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans) Dim 7 Fév - 8:20

Bon voilà c'était donc fait, il n'y avait plus rien d'autre à dire. Le Diable répondu à sa première question en déposant un parchemin sur la table, l'homme le regarda d'un œil, tout en étant en attente pour l'autre, mais il comprit bien vite que Lucifer ne répondrait assurément pas à cette question, malheureusement pour lui. Pas qu'il avait un mauvais pressentiment à ce niveau, mais si le diable avait pu utiliser Clark contre lui est-ce qu'il ne ferait pas pareil pour elle? Ou alors les monter l'un contre l'autre... quelque part, ça l'emmerderait vraiment et assurément, le démon devait le savoir.

Enfin bon, ça semblait être le temps de partir, alors que le damné avait les deux mains posées sur le bois, la femme s'approcha bien trop près de lui, il pouvait à nouveau sentir son odeur, lui réveillant à nouveau les sens, ah non! Une fois c'était suffisant avec cet être. Il voudrait une pause avant de vouloir s'y remettre, mais ça n'était qu'un au revoir.

Zenon ne doutait pas qu'il reverrait le diable bientôt, il fit un petit mouvement de la tête, fermant légèrement les yeux à la sensation sur son cou, avant qu'il ne se tourne avec vigueur, pour voir que plus personne n'était derrière lui. Seul le bonne nuit qui raisonna dans son appartement se fit entendre et s'en était fini. Il se laissa tomber sur une chaise, reprenant la bouteille d'absinthe pour s'en verser à nouveau un verre, plein, qu'il vida aussi sec. Beaucoup de chose tournaient dans son esprit, il aurait bien voulu pouvoir finir fin cuit pour la fin de la nuit, pour oublier un instant.

Son regard se posa à nouveau sur le rouleau et le contrat, mais il se releva sans y prêter plus attention, pour aller directement prendre une longue douche bien brûlante, comme pour enlever toute odeur, toute trace, éviter de trop y penser. L'eau sur sa peau lui faisait un bien fou, il resta une bonne demi-heure ainsi, avant de sortir, peignoir de bain sur le dos, il revint au salon.

Prenant un cigare, remplissant à nouveau un verre d'absinthe, il embarqua les deux manuscrits du Diable et revint s'installer dans son fauteuil, l'épée qui y trônait toujours serait remise en place un peu plus tard, plus détendu, prêt à réfléchir convenablement, il recommença à feuilleter un peu le contrat, voir ce qu'avait en général à cacher Lucifer aux âmes qu'il gagnait à sa cause. Tiens... intéressant, il y avait même l'explication de comment se défaire de son "étreinte", une bonne chose à savoir s'il souhaitait un jour ne plus travailler pour lui. Mais pour cela, il faudrait que le démon se décide à faire une belle crasse à notre Comte.

Reposant délicatement le bouquin, dont il prendrait grand soin c'était une évidence, il porta toute son attention sur la mission que lui avait glissée le patron. Ses mains entourèrent le parchemin, le déroulant lentement, tout en lisant petit à petit les informations qui y étaient écrites. Elisabeth Anne Catherine Andrews, jeune femme de 18 ans qui... tiens donc, appartenait déjà au cornu. Pas encore au courant bien évidement, mais il fallait qu'elle le sache, son père était mort et... un contrat. Voilà comment il avait les gens. Le damné fit une petite moue, avant de jeté le morceau de papier un peu plus loin. Bien, il irait donc la voir à l'enterrement du paternel, puisqu'il en était ainsi.

De Lascelle fumait d'une façon tranquille et détachée, laissant la fumée s'introduire dans ses poumons, en appréciant le goût, une main passée derrière la tête, il observait le plafond de la pièce. Ca risquait de s'avérer intéressant ce nouveau travail...


Arrow Le hasard fait bien les choses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans)

Revenir en haut Aller en bas

Besoin d'alliés? [LUCIFER] (attention sujet +18 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Bells :: Avant de Jouer :: Règlement & Contexte :: Exemple de rp-